LE CHARBON DE BOIS

 

 

 1.jpg

 

 

 

 

Bonjour à vous toutes et tous,

Cet article est très intéressant à lire et à regarder les Vidéos. Il restera un peu vu a longueur. J'ai appris comment était fabriqué le charbon de bois et j'ai pensé que cela pouvait vous intéresser. 

Danielle 

2.jpg

 

Charbon de bois 

Meule

3.jpg

 

Illustration accompagnant l'article sur le charbon de bois dans le Précis illustré de mécanique de 1894, représentant une meule en coupe.

Dès l'Antiquité, le charbonnier savait qu'il fallait chauffer le bois à une certaine température, pas trop élevée, et en évitant de l'enflammer, car sinon il en résulte des cendres ou un mauvais charbon de bois. Celui-ci s'obtenait en empilant du bois en un tas recouvert d'une couche d'argile, que l'on enflammait. Une partie du bois étant consumée en consommant tout l'oxygène, la chaleur produite transformant le reste du bois en charbon. Parfois, à la place d'une meule on effectuait la combustion dans une fosse.

Historiquement, en Europe, la carbonisation était réalisée par des charbonniers (ou carboniers), directement en forêt au plus près de la ressource en bois. Les lieux où s'établissaient cette activité étaient appelés charbonnières ou carbonneries et après abandon places à charbon ou aires de faulde (dans le nord).

La fabrication en est décrite dans le Précis illustré de mécanique en 1894 de la manière suivante :

 

comment faire du charbon de bo

 

 

  • « Le charbon de bois provient de la carbonisation du bois, brûlé sans air pendant un certain temps.
  • Cette opération se fait à l’emplacement même où on le coupe, c’est-à-dire dans la forêt, et voici comment :
  • Les morceaux étant  de longueur de 0m à 1 mètre environ, on les met debout et inclinés, entassés les uns sur les autres en formant une circonférence      dans le plan horizontal de 3m à 6 mètres environ de diamètre, et une demie dans le sens vertical de 2m50 à 3 mètres de haut environ, en laissant un trou de toute la hauteur dans le centre pour y mettre le feu, qui consiste en charbon de bois allumé, puis on le referme totalement et on met une couche de terre ou de gazon sur toute la surface pour éviter les courants d’air. Il brûle dans cette position pendant quinze jours ou trois semaines suivant la qualité du bois, et lorsqu’il est suffisamment brûlé on remet une nouvelle couche de terre sur toute la surface pour l’étouffer complètement et on le laisse refroidir, puis on démonte le tout. Le bois étant assemblé et le feu y étant, il prend le nom de fourneau et demande à être surveillé nuit et jour. 

Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900

 4.jpg 5.jpg 6.jpg
construction de la cheminée     empilage des morceaux de bois          la  meule avant d'être recouverte de terre
centrale

 

7.jpg 8.jpg
la combustion                                                         le démontage de la meule

9.jpg

le chargement du charbon de bois

 

Le procédé en meule permet d'obtenir entre 17 % et 28 % du poids initial de bois. Le rendement en volume est de 60 %[2]. Ce procédé ne permet aucune récupération d'autres produits comme les goudrons.

Par le procédé en meule, on peut également carboniser de la tourbe

 

 

 

Charbon oublié

 

Tous les jours, en Haïti, on vend du charbon de bois qui sert essentiellement à la cuisson des repas. De tous les sacs s'échappe de la poussière qui s'accumule un peu partout dans le pays et finit par constituer de véritables « dunes ». Que faire de tout ce « charbon oublié »? De cette précieuse énergie, inutilisée et polluante ? Cette vidéo montre que l'on peut mélanger la poussière de charbon à de la mélasse ou à d'autres liants naturels pour en faire des briquettes qui, pour le même pouvoir calorifique, coûtent 40 % de moins que le charbon de bois conventionnel. On y voit comment ces briquettes peuvent être fabriquées mécaniquement, ou manuellement. Cette activité permet de recycler des ressources inutilisées tout en apportant une contribution à la protection de l'environnement. Ce court métrage fait partie de la campagne de développement des compétences « Apprendre et travailler » élaborée par l'UNESCO-UNEVOC. Elle contient une collection de vidéos et de documents imprimés qui présentent des exemples concrets de différentes activités que les personnes peuvent entreprendre dans un cadre informel afin de réaliser leurs moyens de subsistance durables, en utilisant des matériaux et des outils simples et facilement accessibles.

 


Le charbon de bois artisanal

 

Binchōtan

10.jpg

Ogatan

Métallurgie

Le bois sans préparation par la carbonisation est impropre pour le fonctionnement des bas fourneaux et pour les divers affinages effectués dans les forges. Le charbon de bois chauffe bien plus que le bois, car l'énergie est essentiellement produite dans les pores du charbon au lieu d'être dispersée dans de longues flammes ; on peut augmenter la puissance tant que l'on veut en augmentant le « vent » alors que, avec le bois, un « vent » trop fort éteint le feu. Le charbon de bois a été très utilisé dans les bas fourneaux puis dans les haut fourneaux, et ce depuis l'antiquité. Le carbone contenu dans le charbon de bois permettait la réduction des oxydes de fer contenus dans le minerai pour donner de la fonte.

L'usage intensif du charbon de bois dans les forges a provoqué des déforestations qui ont touché la Chine antique puis l'Europe romaine et médiévale. Ainsi, en France, une ordonnance de 1339 obligea la destruction des forges dans un rayon de trois lieues autour de Grenoble afin de stopper la déforestation provoquée par l'usage intensif du charbon de bois pour la fabrication de l'acier. Dans le Bourbonnais, la forêt de Tronçais fut également fortement dégradée à la suite de l'ouverture en 1788 de la Forge de Tronçais. La découverte par Abraham Darby en 1709 de la possibilité d'utiliser du coke dans les haut-fourneaux a mis fin à l'usage intensif par l'industrie sidérurgique du charbon de bois.

L'usage du coke ne se généralisera toutefois que lentement. Ainsi en France en 1860, un tiers de la fonte était encore produite dans des hauts fourneaux au charbon de bois. Le dernier haut fourneau français au charbon de bois a fonctionné en1930.

 

12.jpg

  

Comme composant

Poudre à canon : Le charbon de bois est un des trois composants de la poudre à canon avec le soufre et le salpêtre

. Comme le soufre, c'est un combustible alors que le salpêtre est un oxydant

. La qualité de la poudre était déterminée par l'essence forestière utilisée pour sa fabrication ainsi que sa proportion dans le mélange

. Le charbon d'aulne était notamment apprécié des poudreries françaises.

Matériau réfractaire : Finement broyé et mélangé à volumes égaux avec de l'argile en poudre ainsi qu'à un peu de sable, il donne un produit isolant et réfractaire (appelé brasque) permettant de faire des enduits de grande résistance thermique, en particulier dans la construction de petites forges individuelles.

Comme amendement

L'apport de charbon de bois (vendu sous le nom de biochar, agrochar ou agrocharbon) est un amendement qui permet d'accroître la fertilité des sols et les rendements agricoles, semble-t-il en attirant et favorisant les microbes et champignons utiles, en conservant l'humidité (surtout efficace dans les sols macroporeux), et en conservant mieux les éléments nutritifs du sol

. C'est ainsi que les Amérindiens d'Amazonie ont créé la terra preta et on a récemment redécouvert cette technique, qui présente aussi un intérêt contre le réchauffement climatique

Article détaillé : Biochar.

Comme élément de filtration

Sa structure microporeuse (renforcée dans le charbon activé) lui permet de capter et fixer de nombreuses molécules toxiques (métaux lourds notamment) issues de fumées ou dans l'eau

. Il peut aussi abriter une vie microbienne capable de contribuer à la dépollution de l'eau

. C'est pourquoi de nombreux filtres de masques à gaz, filtres à air ou à eau (ex : filtres d'aquariums) contiennent du charbon de bois activé.

Comme conservateur

Le charbon a été utilisé pour la conservation de la viande et pour celle des œufs

Combustible de propulsion

Pendant la Seconde Guerre mondiale et les quelques années qui suivirent, à cause du manque de pétrole, le charbon de bois fut utilisé comme combustible dans les gazogènes alimentant des voitures et des camions

 

 

La meule à charbon 

 

Combustible de cuisson

Les Japonais utilisent traditionnellement le charbon de bois, notamment le binchōtan issu de la combustion d'une variété de chêne, pour griller des viandes.

De nos jours en Occident, le charbon de bois est surtout utilisé pour les cuissons au barbecue, mais son usage dans le monde, qui est très répandu pour les cuissons (tous les jours) dans les pays pauvres, n'est pas utilisé de la même façon. Un contenant de cuisson (poêle, casserole, faitout) sert d'interface entre les braises et les aliments. C'est principalement dans les villes des pays du sud que son usage est très développé. En effet il est possible de cuisiner ainsi sans cheminée sur un simple creuset. En ville, le charbon de bois, léger, est donc facilement transportable. Sa combustion, facile à maîtriser, ne produit pas de fumées salissantes et trop incommodantes.

Les habitants des campagnes ne l'utilisent pas car ils disposent de la place nécessaire pour produire les braises. Les braises sont alors extraites du foyer pour les cuissons (en faisant un feu à partir du bois : soit directement dehors au sol, soit dans un poêle, soit dans un âtre munie d'une cheminée). Nous avons tous dans la tête les techniques de cuissons au-dessus du feu (chaudron, crémaillère, trépied), mais nos ancêtres, avant l'ère industrielle, cuisinaient surtout sur la braise (pas dans la cheminée). La technique s'appelait la cuisine au potager. C'est cette technique qui est encore employée dans les pays pauvres (en ville avec du charbon-de-bois). Cette technique employant des braises pour les mijotages, les confitures, etc., ne salissait pas les casseroles à l'extérieur 

 

 

 



05/12/2017
15 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 168 autres membres