JEAN FERRAT

a.jpg

 

Bonjour à vous toutes et tous

Monsieur Jean Ferrat  un Poète  et Interprète un homme au grand cœur et aimait la France.

Merci  de passer ainsi les Personnes qui n'ont pas de blog à bientôt  

Amitié  Danielle


 

Jean Ferrat - Ma France  

 

Sa jeunesse

Origines familiales et enfance

Jean Ferrat est le fils de Macha (diminutif russe de Mikhail, ou Michel) Tenenbaum, Juif russe naturalisé français en 1928, et d'Antoinette Malon, Française née à Paris d'une famille originaire d'Auvergne (Saint-Simon dans le Cantal par son père, Isserteaux dans le Puy-de-Dôme par sa mère Son père, fils de Samuel Tenenbaum et Broucha Gellerstein (ou Hellerstein), est né le 15 août 1886 à Ekaterinoslav (actuel Dniepropetrovsk), dans l'Ukraine russe

. Ouvrier joailler, il émigre en France en 1905. Pendant la Première Guerre mondiale, il est engagé volontaire et affecté comme ajusteur dans un atelier d'aviation

. Durant cette période, il rencontre Antoinette Malon, ouvrière dans une entreprise de fleurs artificielles, et ils se marient le 8 décembre 1917

. Après son mariage, elle quitte son emploi pour élever les enfants du couple : Raymonde (née en 1916 à Paris, André (né en 1918 à Draveil), Pierre (né en 1925 à Vaucresson) et Jean.

Peu après la fin de la guerre la famille s'installe à Vaucresson dans une maison particulière

. Macha est artisan joaillier et compose pièces et parures pour des commanditaires parisiens À l'époque de sa naturalisation (24 juillet 1928), il est assez aisé pour régler la totalité des droits afférents, qui sont assez élevés.

En 1935, la famille quitte Vaucresson et s'installe à Versailles

. Chez les Tenenbaum, on apprécie la musique et le chant. Jean Ferrat confiera : « Mon père et ma mère m'ont communiqué leur passion de la musique et du chant

. Ils allaient souvent à l'Opéra-Comique et ma mère qui avait une jolie voix de soprano, chantait Lakmé et Manon. Je crois qu'elle aurait aimé être chanteuse

. À la maison, les jeunes chantaient Trenet et les moins jeunes Tino Rossi et Jean Lumière

. (...) C'était alors un peu la guerre. ».

 

Jean Ferrat Tu aurais pu vivre encore un peu   

 

La Seconde Guerre mondiale

Jean est fortement marqué par l'occupation allemande.

Son père, qui est de nouveau engagé volontaire en 1939, est cependant touché par les Statuts des Juifs (1940 et 1941). En 1942, il est astreint au port de l'étoile jaune, mais se croit protégé par son statut de Français (et d'époux d'une non juive) : il refuse de partir en zone non occupée

. Peu après, durant l'été 1942, il est enlevé et séquestré au camp de Drancy, puis déporté à Auschwitz où il sera assassiné (convoi 39 du 30 septembre 1942, dans le cadre de la Solution finale(plus tard, Ferrat évoquera la disparition de son père dans la chanson Nul ne guérit de son enfance - album Dans la jungle ou dans le zoo).

L'enfant est caché un moment par des militants communistes, puis la famille (Jean, sa mère, sa sœur et ses frères) se réfugie en zone libre, à Font-Romeu

. Il y reste deux ans, et y fait sa sixième et sa cinquième, puis retourne vivre à Versailles avec sa tante

. Il entre au collège Jules-Ferry (aujourd’hui lycée Jules-Ferry) le 1er décembre 1943 en cinquième moderne.

En juin 1944, la famille décide de les faire revenir en Cerdagne afin d'éviter les affrontements qui s'annoncent, liés à la Libération

. Mais, arrivés à Perpignan, ils reçoivent l'instruction de ne pas terminer le trajet : sa sœur est retenue par la Gestapo à la citadelle de Perpignan, tandis que l'un de ses frères se cache dans la montagne et que sa mère est interrogée par la Gestapo

. Jean et sa tante logent alors à l'hôtel pendant un peu plus d'un mois, jusqu'à ce que sa sœur soit libérée

. La famille gagne alors Toulouse, où elle est hébergée un temps par les parents de la belle-sœur de Jean, puis par une famille de paysans dans l'Ariège, grâce aux réseaux de résistants dont fait partie le beau-père de Pierre Tenenbaum, Marcel Bureau.

  

Carrière

Les débuts (Vogue, RCA & Decca)

Attiré par la musique, le théâtre et le classique, il entre dans une troupe de comédiens au début des années 1950, compose quelques chansons et joue de la guitare dans un orchestre de jazz

. Il passe sans grand succès quelques auditions, fait des apparitions au cabaret sous le nom de Jean Laroche, et, ne se décourageant pas, décide de se consacrer exclusivement à la musique.

En 1956, il met en musique Les Yeux d'Elsa, poème de Louis Aragon dont il sera toute sa vie l'admirateur

 

 

. C'est André Claveau, alors fort en vogue, qui interprète la chanson et apporte un début de notoriété à Jean, qui se produit très régulièrement au cabaret parisien La Colombe de Michel Valette, en première partie de Guy Béart

. La même année, une jeune chanteuse, Christine Sèvres, dont il a fait la connaissance, reprend quelques-unes de ses chansons

 

 

. Il vit avec elle à partir de fin 1957, d'abord chez les Tenenbaum, rue des Pyrénées, puis à Ivry.

En 1957, il chante dans quelques cabarets de la Rive gauche : Milord l'Arsouille, La Colombe, L'Échelle de Jacob, La Rôtisserie de l'Abbaye, en s'accompagnant à la guitare.

aa.jpg

Jean Ferrat (à droite) et son ami Guy Thomas.

En 1958, il sort chez Vogue son premier 45 tours EP, qui ne rencontre guère de succès.

C’est sa rencontre en 1959 avec Gérard Meys, qui devient son éditeur et son ami, qui lance sa carrière

. Il signe chez Decca avec Daniel Filipacchi et, l'année suivante, sort son second 45 tours EP avec la chanson Ma Môme, son premier succès, et passe sur toutes les ondes

. Quasiment en même temps, RCA publie un 45 tours EP des quatre chansons qu'il a enregistrées sous le pseudonyme de Noël Frank : le disque n'a aucun succès.

aaa.jpg

  

C'est après avoir vu sur une carte de France la ville de Saint-Jean-Cap-Ferrat, qu'il décide de s'appeler Jean Ferrat, plutôt que Jean Laroche, nom déjà utilisé par un autre artiste sur scène.

Une autre rencontre décisive aura lieu avec le musicien Alain Goraguer, qui signe ses premiers arrangements sous le pseudonyme de Milton Lewis et qui deviendra l'arrangeur des chansons de tous ses albums.

Le photographe Alain Marouani, rencontré chez Eddie Barclay, suivra Ferrat durant toute sa carrière en signant la très grande majorité de ses photos.

En 1961, il rencontre Zizi Jeanmaire, pour laquelle il écrit Eh l'amour, Mon bonhomme

. Elle l'engage comme vedette américaine de son spectacle à l'Alhambra, le premier music-hall où il chantera

. Il y restera six mois, abandonnant sa guitare.

Son premier 33 tours, Deux enfants au soleil, sort en 1961 et reçoit le prix de la SACEM.

Commence alors sa longue carrière, émaillée de difficultés avec la censure exercée par les dirigeants de la radio et de la télévision

. En effet, Ferrat a toujours été un chanteur engagé à l'esprit libre

. Il met en musique ses propres textes, ceux de ses paroliers ou ceux d'amis poètes, dont notamment Henri Gougaud, Georges Coulonges ou Guy Thomas.

Au début des années 1960, il compose, sur des paroles de Michelle Senlis pour Jacques Boyer et Jean-Louis Stain, la chanson Mon vieux, laquelle, réécrite partiellement dans les années 1970 pour être reprise par Daniel Guichard, connaîtra un grand succès et deviendra un classique de son répertoire.

En 1961, il épouse à Ivry-sur-Seine, la chanteuse Christine Sèvres, née Jacqueline Amélie Estelle Boissonnet, dont il adoptera la fille, Véronique Estel, née en 1953 d'un premier mariage et qu'il a connue à l'âge de 3 ans et considère comme sa fille. 

En 1962, il fait la connaissance d'Isabelle Aubret

. Cette rencontre est pour les deux artistes le début d'une grande et pérenne complicité artistique puis amicale

. Jean Ferrat lui propose de se produire en première partie de la tournée qu'il commence

. Elle y chante notamment Deux enfants au soleil, chanson écrite par Claude Delécluse. En 1970, il compose une chanson sur des paroles écrites par Philippe Pauletto et intitulée Tout ce que j’aime. Quelques mois plus tard, elle sera interprétée aussi par Isabelle Aubret.

JEAN FERRAT - DEUX ENFANTS AU SOLEIL    

En 1963, il rejoint le label créé par Eddie Barclay.

La même année, il produit Nuit et brouillard, une chanson en mémoire des victimes des camps de concentration nazis de la Seconde Guerre mondiale, et en particulier en mémoire de son père, juif émigré de Russie mort à Auschwitz, qui lui vaut un grand succès auprès du public, malgré une censure non avouée des autorités qui « déconseillent » son passage sur les ondes, et pour laquelle il reçoit le grand prix du disque de l'Académie Charles-Cros

. C'est à la même époque qu'il compose la musique de C'est beau la vie, chanson que Michelle Senlis a écrite pour Isabelle Aubret après son accident de voiture.

En 1964, il confirme son succès naissant auprès du public avec La Montagne qui demeure l'un de ses plus grands succès

. Avec ce texte, il chante – sans la nommer – l'Ardèche, région chère à son cœur, et fait de cet hommage à la France paysanne un classique de la chanson française

. En 1973, il s'installe définitivement à Antraigues-sur-Volane, où il possède une maison depuis 1964, et qu'il ne quittera plus, y devenant même, en 1977, conseiller municipal et adjoint au maire durant deux mandats.

En 1969, Jean Ferrat chante Ma France, chanson phare de l'album éponyme, sur lequel il grave avec Christine Sèvres, l'unique duo enregistré de sa carrière, La matinée](paroles d’Henri Gougaud, musique de Jean Ferrat).

En 1972, il fait, au Palais des Sports de Paris, ses adieux à la scène, qu'il juge devenue trop complexe techniquement et « trop dure physiquement ».

 

Jean Ferrat - Nous Dormirons Ensemble - Hommage 

Les années ardéchoises

aaaa.jpg 

Antraigues-sur-Volane 

En 1974, Jean Ferrat et Christine Sèvres décident de se réfugier en Ardèche, près de Vals-les-Bains, à Antraigues-sur-Volane dont il connaît le maire communiste, le peintre Jean Saussac

. Sa fille adoptive, Véronique Estel, désormais majeure, les suit.

Jean et Christine se séparent mais continuent de partager la propriété d'Antraigues

. Jean vit en couple avec Colette Laffont, professeur d'éducation physique et sportive rencontrée en 1971, tout en continuant de s'occuper de Christine, gravement malade (il attendra janvier 1992 pour épouser Colette, à Ivry-sur-Seine).

En 1975, il publie, sous le label Temey, un nouvel album : La femme est l'avenir de l'homme. Un second clôt la décennie : Les Instants volés.

Son chant se veut toujours plus engagé et Ferrat fustige les guerres coloniales, dans Un air de liberté (1975), attaquant nommément un article de Jean d’Ormesson, éditorialiste et directeur au Figaro, et suscite encore ainsi la polémique.

aaaaa.jpg

 

Jean Ferrat - Complainte de Pablo Neruda   

 

Jean Ferrat meurt le 13 mars 2010 à l’hôpital d'Aubenas, des suites d'un cancer

. De nombreuses personnalités rendent hommage à celui qui « a su lier la poésie, le peuple et ses idéaux »

. Il est inhumé le 16 mars 2010 au cimetière communal d'Antraigues-sur-Volane près de son frère André

. Lors de la cérémonie d'hommage sur la place centrale du village, très suivie et retransmise en direct par la chaîne de télévision France 3, Francesca Solleville interprète, a cappella, Ma France et Isabelle Aubret, sur le même mode, C'est beau la vie. Puis cette dernière, avec l'aide de l'enregistrement de Jean Ferrat, fait chanter La Montagne par la foule, constituée de plus de 5 000 personnes La veille, plus de quatre millions de téléspectateurs avaient suivi en France l'hommage télédiffusé en son honneur présenté par Henri-Jean Servat.

Le samedi 11 septembre 2010, un grand hommage lui est rendu sur la grande scène de la Fête de l'Humanité

. Le spectacle est présenté par son ami Michel Drucker, et huit artistes interprètent des chansons issues de son répertoire : Jehan, Enzo Enzo, André Minvielle, D’de Kabal, Francesca Solleville, Clarika, Allain Leprest et Sanseverino.

En janvier 2011, lors de la Révolution tunisienne, sa chanson Un air de liberté passe en boucle sur les ondes de Radio 6 dès l'instant où les révolutionnaires en prennent le contrôle (en alternance avec Ma Liberté, chantée par Georges Moustaki, et une sélection de chansons engagées francophones et arabophones).

aaaaaa.jpg

Isabelle Aubret, Michel Pesenti (maire d'Antraigues) et Pierre Tenenbaum (frère de Jean Ferrat)

lors de l'adieu public au chanteur, le 16 mars 2010

 

Citations

  1.  « Aragon est le seul poète connu que j'ai mis souvent en musique
  2. . Je trouve que sa poésie correspond à une sorte d'idéal d'écriture dans le domaine de la chanson
  3. . Le sens des images, la force de son expression, la concision extrême de ses vers ce sont des choses qui, à mon avis, sont essentielles dans l'écriture d'une chanson. […] Pour moi, Aragon reste un des grands poètes de notre temps et de tous les temps
  4. . Il a une richesse d'expression, une concision, une densité d'écriture, une imagination prodigieuse
  5. . Dans les textes que j'ai mis en musique, il y a essentiellement des poèmes d'amour
  6. .      Je n'ai pas mis en musique de ses] textes proprement politiques. »

 

aaaaaaa.jpg

 



14/06/2016

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 194 autres membres