DES CHANTS SUR DES FILMS

A.jpg

AA.jpg

Bonjour à vos toutes et tous

Voici quelques vidéos de film la plupart sauf la dernière un tango extraordinaire un couple qui dansent à merveille

Je voulais vous dire que je mettrai un article ou deux pas semaine vu que mon temps est très pris mais je vous choisirai quelque chose que vous appréciez j espère

Alors bonne semaine et prenez soins de vous de votre FAMILLE IMPORTANT

Merci de passer et aux personnes qui non pas de blog à plus  Danielle

j oubliai de vous dire que j ai vraiment ce souci d aller sur vos blogs EKLABLOG .COM IMPOSSIBLE D Y METTRE UN COMMENTAIRE DONC JE CHERCHE POURQUOI  MAIS JE VOUS AI ENVOYEZ UN MAIL AUSSI BON MERCREDI DANIELLE

 

AAA.jpg

 

Compay Segundo - Guantanamera (HQ) (Con Letra

 

Compay Segundo, pseudonyme de Máximo Francisco Repilado Muñoz (né le 18 novembre 1907 à Siboney (en) et mort le 13 juillet 2003 à La Havane) est un guitariste et chanteur cubain.

 

Accès à la renommée internationale à l'âge de quatre-vingt-dix ans

La sortie en 1997 de l'album Buena Vista Social Club produit par Ry Cooder et celle en 1999 du documentaire du même nom Buena Vista Social Club de Wim Wenders révèlent mondialement sa personnalité attachante et son talent. Il joue également des congas.

Le 18 novembre 1997, à l'occasion de ses 90 ans, il reçut la Orden Félix Varela, plus haute distinction honorifique du monde des arts à Cuba.

Décès à l'âge de quatre-vingt-quinze ans

Il disait souvent qu'il vivrait jusqu'à l'âge de 115 ans, en fumant un puro (cigare) par jour[ mais il meurt à l'âge de 95 ans, à La Havane.

 Il est enterré au cimetière de Santiago de Cuba.

 

AAAA.jpg

Piensa en mi ~Luz Casal,

 

Luz Casal, (María Luz Casal Paz) est une chanteuse espagnole née le 11 novembre 1958 à Boimorto, en Galice, mais ayant grandi dans les Asturies.

La chanson mexicaine Piensa en mí, composée en 1937 par Agustín Lara régulièrement diffusée sur les ondes, évoque le film de Pedro Almodóvar dont elle était l’emblème lors de sa sortie en 1991 : Talons aiguilles. Pour beaucoup, elle est également indissociable de la voix chaude et rocailleuse qui l’interprète, celle de Luz Casal. Or, si le nom est connu, l’artiste, quant à elle, reste un mystère pour la plupart des francophones.

Luz, comme l’appellent les Espagnols, n’est pourtant pas la voix d’un seul succès, mais une artiste multifacettes de talent. Auteur-compositeur-interprète, elle passe des rythmes rock des années 1980 aux ballades intemporelles. Découverte en 1980 avec un titre à la sonorité rock prononcée, elle enchaîne durant les années suivantes les douces complaintes amoureuses et les atmosphères pop-rock dynamiques, avant de signer en 2004 son dixième album, où ressort plus que jamais son intérêt pour la France. En effet, le titre phare de l’album est une reprise de Duel au soleil d’Étienne Daho (Un nuevo día brillará) et son interprétation d'Octobre de Francis Cabrel (Octubre) a été saluée unanimement par la critique.

Régulièrement tournées vers les relations amoureuses, les chansons de Luz n’ont pourtant rien de monotone et certaines sont représentatives de son humour ou de son engagement, comme Ecos, issue du dernier album et dédiée aux Attentats du 11 mars 2004 à Madrid.

Simple et chaleureuse, la chanteuse, qui se dit « allergique à l’arrogance », entretient depuis toujours des relations très fortes avec son public d’Espagne et d’Amérique du Sud, où elle est désormais une grande idole populaire. Elle est également très appréciée en Grèce et en France, bien que ses admirateurs, encore majoritairement d’origine hispanique, restent plus que discrets[réf. souhaitée]. Sa courte tournée en France en décembre 2004 et son final à l’Olympia ont assuré sa consécration populaire et critique.

En 2007, elle reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-arts par le Ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sports.

AAAAA.jpg

 

Jevetta Steele & Lara Fabian - Calling you (Les 500 Choristes)

 

Jevetta Steele, née à Gary dans l'Indiana le 11 novembre 1963, est une chanteuse américaine de gospel.

Biographie

Malgré ses débuts dans le rock et des collaborations avec a-ha, Prince & The New Power Generation, Prince ou George Clinton, elle arrêta rapidement sa carrière solo réellement lancée par Here It Is. Le single Hold Me la fera connaître et Calling You de Bob Telson, comme bande-originale du film Bagdad Café parachèvera son succès. Elle continue sa carrière en reprenant des collaborations avec Christian Falk notamment.

AAAAAA.jpg

 

CESARIA EVORA Historia De Un Amor  

 

Cesária Évora (prononciation : /sɨˈzaɾiɐ.ˈɛvuɾɐ/), née le 27 août 1941 à Mindelo, ville où elle est morte le 17 décembre 2011, est une chanteuse de morna coladeira capverdienne.

Surnommée la « Diva aux pieds nus » (Diva dos pés descalços), elle le doit à son habitude à se produire pieds nus sur scène[1]. Cesária Évora était principalement connue par le morna, ce qu'il lui a aussi valu le surnom de « Reine de morna » (Rainha da morna).

De sa voix rauque, elle a popularisé la morna, musique du Cap-Vert, auprès du grand public mondial. Elle a eu une carrière d'enregistrement et de représentations de 54 années, de 1957 à 2011.

Au cours de sa carrière, elle chante majoritairement dans sa langue maternelle, en créole capverdien, mais aussi en français, d'où le titre de son morceau La Diva aux pieds nus. Elle a eu l'occasion de se produire dans les plus grandes salles du monde, dont l'Olympia à Paris

AAAAAAA.jpg

Forever Tango - A Evaristo Carriego  

 

Les tous premiers mini-orquesta tipica (orchestres typiques) de la Vieille Garde apparaissent sur les estrades dans la première décennie du XXe siècle, introduisant une tonalité musicale plus sombre et plus mélancolique. La danse se codifie petit à petit en générant des figures de plus en plus sophistiquées. Certains cajetillas, c'est-à-dire des fils de bonne famille tout prêts à s'encanailler pour découvrir les bas-fonds et y séduire éventuellement quelque petite milonguita, commencent à s'approprier la danse et à l'introduire dans les maisons closes bourgeoises du centre ville de Buenos Aires.

 

 De l'autre côté du fleuve, à Montevideo, les premières academias, qui deviendront plus tard des salles d'enseignement et de pratique du tango, commencent à fleurir. Le bandonéon s'impose comme l'instrument majeur du tango et le piano remplace progressivement la guitare. Dans les ports européens, des marins argentins propagent les premières partitions. Selon certaines sources (contestées aujourd'hui), ils laissent notamment derrière eux, lors d'une escale à Marseille en 1906, La Morocha d'Enrique Saborido et El Choclo d'Angel Villoldo. L'année suivante, des producteurs de disques et quelques musiciens de la génération dite de 1910 viennent à Paris pour faire graver les premiers enregistrements de tango. De jeunes bourgeois argentins en voyage à Paris font également connaître cette nouvelle danse dans les milieux parisiens cosmopolites avides de culture exotique et de sensualité latine.

 À partir de 1910, quoique jugé indécent et mis à l'index par l'archevêque de Paris, le tango fait fureur dans les salons parisiens à la mode.

 Une véritable tangomania s'empare bientôt de toute l'Europe.      

 



06/09/2016

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 193 autres membres